Fête de l’amitié, la santé et la prospérité. Musique – Artisanat bolivien – Film – Repas bolivien

Entrée Libre

Tous les ans à La Paz, le 24 janvier à lieu un vaste rendez-vous, mélange de ferveur religieuse et de croyances populaires : la foire des Alasitas–vocable Aymara qui signifie « achète moi »-.

Sur une multitude d’étals placés le long d’allées étroites, on trouve la plupart des objets de la vie quotidienne que d’habiles artisans ont reproduits en miniature, avec un incroyable souci de la ressemblance et du détail. Chacun de ces petits objets symbolise un rêve, et selon la tradition, celui qui achète la miniature verra son vœu de posséder l’original se réaliser dans l’année.

Au milieu d’une cohue frénétique, celui qui projette de construire sa maison achètera une minuscule pioche et des mini-sacs de ciment qui tiendront dans sa main. Un autre, qui rêve de voyage, repartira avec un passeport et un billet d’avion à peine plus grand qu’un timbre poste.

Enfin, pour couvrir tous ses besoins d’une seule fois, on pourra aussi acquérir un attaché case de vingt centimètres sur dix, contenant un million de dollars en très petites coupures !

Puis, au terme d’une procession haute en couleurs, tous les objets acquis devront être bénis par le « Yatiri », le sorcier dont le pouvoir est reconnu et respecté de tous.

Au milieu des incantations et des effluves d’encens, on prie alors avec dévotion, et ce rituel constitue une façon de maintenir et d’alimenter l’espoir d’un futur prospère, où les frustrations feront place au bonheur de posséder.

Cette fête du 24 janvier est dédiée au dieu aymara de l’abondance E’keko, un petit lutin gras et bossu qui porte sur ses épaules tous les éléments du bonheur terrestre (du sac de farine à la Mercedes !). Les Boliviens achètent des miniatures, répliques de nourritures et biens matériels, qu’ils portent aux « yatiris » pour les faire bénir. Cette fête est surtout célébrée à La Paz, en Bolivie